jeudi 31 juillet 2008

Avignon - Vue Générale

AVIGNON - Vue Générale, prise de la Brèche de la Comtadine à Villeneuve.


"Le 9.4.1923
Cher Adrien
J’ai fait un bon voyage. Je suis rentré ce matin à 8 H à Avignon. J’ai voyagé la nuit cela fait que je n’ai pas vu le pays. Aujourd’hui, je suis allé voir le Palais du Pape, c’est très beau. Je vais écrire plus long dimanche et vous savez ce que je veut dire.
Rameli Lamouroux
Chez M. Fortza N° 33 (???) St Christophe (?) Vaucluse
Ne tardez pas à me répondre."

"04/09/1923
Dear Adrien,
I had a good trip. I returned to Avignon this morning at 8AM. I traveled by night and I didn't see the country. Today, I went to see the Pope's Palace, it's beautiful. I'll write longer on Sunday and you know what I mean.
Rameli Lamouroux
Chez M. Fortza N°33 (???) St Christophe (?) Vaucluse
Answer quickly"


Notes et Commentaires:
Tout d'abord, il faut signaler que les divers correspondants ont des niveaux d'éducation variés et ne maîtrisent pas toujours très bien la langue française. Il y a de nombreuses fautes d'orthographes dans les textes. J'hésite quant au fait de retranscrire les textes avec les fautes ou non, mais en général, je les corrigerai.
Il faut aussi signaler que l'écriture manuelle n'est pas toujours facile à lire, et certains passages ne sont pas toujours compréhensibles. Dans le cas présent, "vous savez ce que je veux dire" pourrait tout autant être une allusion non élucidée, ou tout simplement "vous saurez ce que je veux dire" quant au fait que le Palais est très beau parce que la carte le décrire plus en détails...
L'adresse est aussi assez difficile à retranscrire (les facteurs devaient s'amuser à l'époque), voire même le nom de la personne qui écrit. Si un lecteur du Vaucluse arrive à voir de quoi il est question, je lui en serai gré.
J'ai cru comprendre que le prénom était "Rameli" cette personne (une femme je crois me souvenir) a entretenu une correspondance avec mon grand-père dans les années 20 (comme on le verra de nouveau) mais je n'ai jamais bien pu comprendre de qui il s'agissait (ni même quel était réellement son nom, Rameli, c'est bizarre comme prénom).

Notes and Comments:
Handwriting is never easy to decipher, especially handwriting from a Century ago. Also, the level of education of all the people that write is not always very high and they make a lot of mistakes in France (even syntactical ones). So there will be approximations and guesses from my part.
Here I'm really not sure if the last sentence actually is "and you know what I mean" (as if there's an allusion to something else). It could as well be: "and you'll understand what I mean" (after I have more time to talk about the Palace on Sunday).
Same thing with the address the person gives. I couldn't really understand it.
The worst being that I'm not even sure of the name itself of the person. That person wrote a few postcards to my grandfather in the 20's, but I could never be sure of the exact name (Rameli sounds very strange for a French name, but this is what I understand), not even the gender (I think I remember that in other letters, one can tell it's a woman) and definitely who she exactly was in relation to him.

End of a Century

The origins of this blog date back to a Spring night in the mid-90’s.
Back then, I was in college in Toulouse and I had come back to my hometown for a four day weekend. My parents were gone that weekend, but the goal of that little trip was not to visit them, but to spend the week-end partying with friends.
Things didn’t go exactly as planned. Phone call after phone call, I quickly realized that none of my friends was in town. Either they had stayed in Toulouse, or they went somewhere else, but none went home. I had to face the fact that I was going to spend four days alone.

I love cinema and watching films, but I must admit that after spending 12 hours or so in front of the TV, I was starting to think about doing something else and I was out of ideas. For some reason I was not in the mood to read (what wouldn’t I give these days for four full days devoted to reading), and back in the days, the Internet was a thing I had just heard of, and the concept still was a little vague for me.

So reading what I was going to do, whether I liked it or not, was reading. I started to browse my mom bookshelves, which, even if they were full of books, didn’t really inspire me that much (I have since “taught” my mom about good literature). This is when I noticed the box.
What box?
The cardboard box on top of the shelves. This box had been sitting there for ages. It was the kind of things that’s there, you don’t really no why, and for some reason I had never really paid attention to it until that day. I realized that I didn’t even know what was in it.

What was in it was a series of old postcards, very old postcards. Most of them dated back to World War One and they were my grandpa correspondence.
You need to know a couple of things about my grandfather. First of all, he died long before I was born, in the 50’s. I don’t know what he died of, but he was very old back then as he was born in 1885. Yep, you read right, he was that old (he had my dad when he was already in his fifties). Another thing you need to know about him is that I basically don’t know anything about him. My dad never talks about him; his family never talks about him. Mostly because he died so long ago, but also because from the little bits of information I have gathered, he didn’t really leave a positive impression behind him. I can’t really tell more, simply because I don’t know more.
Of course, I’d love to know more, but I feel like right now it’s useless to wake memories that don’t need to be. I’m sure my dad’ll talk about him someday. If not, no big deal.

But because of this, there and then, I felt as if I had just discovered Tutankhamen’s tomb or the Lascaux caves or something of that importance (except that it was on my family’s history scale).

So, I started reading… I read, I read… I read all of them… There were several stories (or half stories, as I obviously didn’t have in my possession the cards that he had written, only the ones written to him)… And this ended up being one of the best week-ends of my life (and definitely one of the most unique).

And here are these postcards. They'll be posted more or less randomly. You’ll discover visions of France in the first years of the 20th Century, and when possible, I’ll transcribe and translate some of the stories in the cards; you’ll learn about my grandpa’s cousin that was sent to the front (my grandpa didn’t go… because of bad health, if I understand right), other family members that were going on road trips (or train trips), things that were kinda rare at the time. And you’ll learn about Amélie, this young woman that had temporarily moved to the South West of France away from the warzone, and who, it seems, shared a love story with my grandpa. A love story that is never explicit, but when reading between the lines, was there. A quite moving story that ended when she moved back to her home area after the war, or shortly thereafter. A story one wants to have a happy ending, except that if it had had one, I wouldn’t be there typing these lines.

Anyway, I hope you enjoy the blog and the postcards. They really are a piece of French history.

Fin de Siècle

Les origines de ce blog remontent à un soir de printemps du milieu des années 90.
Alors étudiant de licence à Toulouse, j’étais rentré à Agen, chez mes parents, pour un long week-end de quatre jours. Ces derniers étaient partis en week-end, et le but avoué de ce cours séjour était de retrouver certains de mes amis et de passer le week-end à faire la fête avec eux. Mais, coup de fil après coup de fil, je réalisai rapidement qu’ils étaient tous, soit restés à Toulouse, soit eux aussi partis quelque part en week-end. En tout cas, ils n’étaient pas sur place. Il me fallait me rendre à l’évidence : j’allais passer les quatre prochains jours complètement seul.
Après une journée et je ne sais plus combien de films visionnés, même moi, pourtant grand cinéphile commençait à en avoir marre d’être assis devant un écran de télévision, et petit à petit l’ennui commençait à pointer son nez. J’avais encore l’option de lire, mais je ne me souviens plus pourquoi, cette idée ne m’enchantait guère à ce moment-là (alors qu’il s’agit normalement d’une de mes activités préférées… que ne donnerais-je aujourd’hui pour disposer de quatre jours entièrement consacrés à la lecture ?!).
Bref, je commençais vraiment à être à court d’idées (c’était une époque où Internet n’était qu’un mot dont le sens m'était encore un peu vague).
Et, certainement après m’être résigné à passer le reste du week-end à lire, je commençai à fouiller la bibliothèque de mes parents pour voir s’il y aurait quelque chose d’intéressant (c’était avant que je ne prenne l’éducation littéraire de ma mère en mains, et je dois avouer qu’à cette époque, si sa bibliothèque était bien fournie, le niveau qualitatif de celle-ci laissait fortement à désirer). C’est alors qu’une petite boîte en carton en haut d’une étagère de livres attira mon œil. Cette boîte était là depuis toujours, j’avais dû la voir des centaines de fois, mais pourtant je réalisai que je n’avais aucune idée de son contenu.

Dire que son ouverture fut équivalente à la découverte de la tombe de Toutankhamon ou de la grotte de Lascaux serait un peu abuser (voire carrément abuser), mais pourtant, à l’échelle de l’histoire de ma famille, c’est comparable.
Je m’explique. Je n’ai jamais connu mon grand père paternel : il est mort quand mon père était adolescent, et il était déjà très vieux à ce moment là (il est né en 1885 si je me souviens bien). Et surtout, je ne sais presque rien de lui, mon père n’en parle jamais, ni le reste de sa famille. D’après les rares indices que j’ai pu récolter, j’en ai déduit qu’il n’était pas forcément très commode (vous aurez compris l’euphémisme) et qu’il n’a pas laissé un très bon souvenir, pas même auprès de ses très proches.
Or voila, cette boîte contenait une partie de sa correspondance pendant la 1ère Guerre Mondiale (et un petit peu après). Guerre à laquelle il n’a pas participé à cause de problèmes de santé, si j’ai bien compris. Cette correspondance se présentait sous forme de cartes postales et narrait quelques histoires. Bien sûr, je ne disposais que de la moitié de ces histoires : uniquement les cartes reçues, pas celles envoyées, mais c’était suffisant pour que cela se révèle assez passionnant pour que finalement je passe le reste de mon week-end à lire ces cartes, à découvrir certains membres de ma famille (un cousin parti au front, d’autres ailleurs) ainsi qu’une certaine Amélie, originaire d’Amiens, réfugiée avec sa famille dans le Sud-Ouest pendant la Guerre, repartie dans sa ville après 1918, et qui entretint une correspondance assidue avec mon grand-père. Au point que je soupçonne une relation amoureuse entre les deux, certaines cartes laissant peu de place au doute, même si tout est dit à demi-mots. Histoire très belle, histoire ambiguë, on souhaite un happy ending, tout en sachant qu’il n’a pas eu lieu, et surtout que s’il avait eu lieu, je ne serais pas train de taper ces lignes aujourd’hui…

Et au final, ce week-end se révéla être un des meilleurs week-ends de ma vie, et surtout l’un des plus original.

Et, ces cartes postales, c’est elles que je vais poster ici au fur et à mesure, dans un ordre assez aléatoire, en retranscrivant le texte quand c’est possible (les cartes elles-mêmes sont chez mes parents, les scans sont parfois difficiles à lire), mais texte ou pas texte, les photos des cartes nous offrent une vision de ce début de vingtième siècle assez unique et plus qu’intéressante.