jeudi 18 décembre 2008

Albi - Vue Générale et Cathédrale Ste Cécile




Dimanche, le 15 novembre 1914

Chère Jeanne et la famille,
Je fais une carte sur le (?) pour vous dire que nous avons fait un bon voyage. Et le colis que j’ai emporté nous l’avons attaqué à Saint Sulpice et je vous assure que nous l’avons pas fait souffrir. Enfin pas grand-chose de plus à vous dire. Pour notre départ, je crois bien que c’est pour mardi prochain, mais j’en suis pas sûr. Je suis en bonne santé.
Ton mari qui t’embrasse de loin et à tous.


Sunday, the 15th of November 1914

Dear Jeanne and family,
I’m writing a card on the (?) to tell you that we had a good trip. And the package that I brought we attacked it in Saint Sulpice and I can assure you that it didn’t suffer much (it didn’t last long). Well, not much else to say. Concerning our departure, I think it’s going to be next Tuesday, but I’m not sure. I’m in good health.
Your husband who kisses you for afar and to all.


Note: Cette carte -au vu de la date, le ton général- fut très certainement écrite alors que Jean venait juste de partir et n'était pas encore arrivé au front (c'est certainement là qu'il partira mardi). On notera aussi l'écriture soignée et à la plume bien différente de ses cartes écrites dans les tranchées.

This card -according to the date and its tone- must have been written just after Jean had left and before arriving to the front (this is the place where he must be going next Tuesday). Also note the stylish writing much different from the cards that he'll write at the front.

lundi 15 décembre 2008

Au Pays Minier.


AU PAYS MINIER
Montceau-Les-Mines (S.-et-L.)
La Gare


Le 28 août 1919,
Arrivée depuis le 23 août, tout va bien. Gracieux bonjour à tous.
Marcelin.

August 28, 1919
Arrival since August 23rd, all is well. Gracious salutations to all of you.

lundi 1 décembre 2008

Gérardmer - Tunnel sur la Route de la Schlucht à Munster


Gérardmer - Tunnel sur la Route de la Schlucht à Munster

mercredi 26 novembre 2008

Piraterie Allemande

Piraterie Allemande
Le U-53 sous-marin Allemand près des côtes d'X...

German Piracy
The U-53 German submarine near the coast of X...




(Bord?) le 9 juin 1917,
Cher Adrien,
Je vous remercie d’avoir fait mes petites commissions. Bien le bonjour à vos bons parents.
Recevez une bonne poigne de main.
J’ai reçu une carte de la petite Camille qui est vraiment (grosse?) comme vous ditté (sic)..
Marcelin

(on board?), the 9th of June 1917,
Dear Adrien,
I thank you for running those few errands for me. Hello to your good parents.
Receive a good handshake.
I received a postcard from little Camille who/that(?) is quite (big?) as you say.
Marcelin

Notes:
-Cette carte est la première (ici, pas chronologiquement) de Marcelin, de son vrai nom Marcel Belval, marin pendant la Première Guerre Mondiale, un ami de mon grand-père (peut-être un cousin).
-La partie à propos de Camille est difficile à lire. Qui est grosse ? La carte ou Camille ? Et le dernier mot est-il "dites" mal écrit ou autre chose ? (comme d'habitude, si votre capacité de lecture d'écriture manuscrite est meilleure que la mienne n'hésitez pas à apporter les corrections que vous pensez nécessaires).

-This postcard is the first (published here) from Marcelin, whose real name was Marcel Belval, part of the French Navy during World War One. He was a friend of my grandfather (or maybe a cousin).
-The part about Camille is hard to read. Who or what is big? The card or Camille? Also, the last word might not be "say" (if it is, it's misspelled in French, if it's not "say" I'm not sure what it is)

mercredi 19 novembre 2008

A Travers Le Montcalm (Ariège)

A Travers Le Montcalm (Ariège)

J'espère que tu viendras nous voir bientôt.
Le bonjour à tous.

I hope that you'll visit us soon.
Hello to everyone.

Gorges de Somisou - Saint-Antoine


Note: Le cachet de la poste est difficile à lire, mais il semblerait que cette carte ait été postée en août 1904.
The postmark is hard to read but it seems that it dates from August 1904.

mardi 11 novembre 2008

Notre Vieille Alsace

Thann - Vue de la Vallée (d'après une ancienne gravure) - à Droite, le Château d'Engelsbourg

mardi 4 novembre 2008

Le Président





Amiens, le 23 août 1919.
Chers amis,
J’espère que ma carte va vous trouver toujours en bonne santé, il en est toujours de même chez nous sauf que mon mari a toujours de temps en temps des maux d’estomac mais ça ne l’empêche pas de travailler. Amélie va commencer à travailler dans une bijouterie quand à Renée elle travaille toujours à la photo. Il doit bien faire chaud chez vous en ce moment. Chez nous il fait bien chaud aussi dans la journée. J’espère que M. Adrien doit être en train de faire ses préparatifs pour la chasse quand à mon mari il va toujours à la pêche le dimanche, il prend souvent de belles anguilles, c’est dommage que vous soyez aussi loin car l’on pourrait vous donner des belles fritures. Enfin, j’espère que M. Adrien est toujours en parfaite santé ainsi que vous M. XX et Madame. Chez nous tout le monde vous embrasse bien fort de loin ainsi que moi Mme Gense.
Je vous envoi une vue quand le président est venu Amiens.
Bien des choses à Mlle Camille.


Amiens, August 23, 1919.
Dear friends,
I hope that my card is going to find you always in good health, it is the case here except for my husband still has stomach aches once in a while but that doesn’t prevent him from working. Amélie is going to start working in a jewelry store, while Renée is still working at a photographer’s. It must be quite hot in your area at the moment. Here, it’s quite hot too during daytime. I hope that Mr. Adrien is getting ready for hunting season, and as far as my husband is concerned, he still goes fishing on Sundays and he often catches nice eels. It’s a shame you are so far from us, we could give you some nice frying. Finally, I hope that Mr. Adrien is still in perfect health as well as you Mr. XX and Mrs. Here, everybody sends you warm kisses from away including myself Mrs. Gense.
I’m sending you a picture from when the president came to Amiens.
Best wishes to Miss Camille.

mardi 28 octobre 2008

Les Enfants du Siècle

Ce billet pour vous signaler que Blogger vient enfin d'activer pour les blogs francophones le widget qui permet aux lecteurs fidèles d'un blog de se déclarer comme tels.

A quoi ça sert ?
Pour le lecteur, à pas grand chose s'il n'est pas lui-même un utilisateur de Blogger.
Pour le rédacteur du blog, tout simplement de savoir qui le lit, ce qui n'est pas négligeable, l'un des gros défauts des blogs c'est quand même qu'en dehors des commentaires on ne sait pas trop qui vous lit.

Donc si vous êtes un fidèle lecteur de ce blog (il doit bien y en avoir au moins un ou deux), n'hésitez pas à vous signaler dans le widget de la colonne de droite, ça fera plaisir.

Bacchus Triomphant

mercredi 22 octobre 2008

Amiens en 1918 - Gare Saint-Roch


AMIENS en 1918 - (vous verrez si elle est propre, c'est le derrière de la) Gare Saint-Roch

Je vous envoie la gare. Une autre que celle que je vous ai envoyée. La gare détruite par les Allemands et les bombes et obus

Samedi 12 (juillet 1919)
Chers Mes Messieurs et chère Madame J’ai reçu votre carte-lettre qui m’a fait plaisir ainsi qu’à mes parents, frère et sœur. J’espère, à l’heure où ma carte arrivera, vous trouver en très bonne santé. Nous, tout le monde va bien. Frère et sœur sont très bien guéris. La ville d’Amiens attendra M. Poincaré demain Dimanche. Il y a des fêtes partout et des bals. J’ai envoyé les morceaux papiers journaux à Gustave, il les renverra et je vous les renverrai dans (le midi???) pour vous faire voir. Je sais que vous (???) pas, mais enfin bref, vivement demain que je m’amuse un peu avec mes copines. Bref. Je vous en dis pas plus car il faut que je prépare ma robe de fête en même temps que ma sœur, on se fera tirer (tout dessus??? (en photo ?)) bientôt en robe de fête. Je vous enverrai, mais a (???) vous n’envoyez pas vite la votre et de M. et Mme xxx. Vous ne tarderez plus j’espère. (???) Bons baisers d’une amie qui vous aime bien. A bientôt en nouvelles. Ne tardez pas à me répondre. Je suis tellement prise que je n’ai pas fait attention à mon écriture. Bien des choses à Camille.



AMIENS in 1918 - (you'll see the mess, this is the back of the ) Gare Saint-Roch

I'm sending you the train station. Another one than the one I already sent. The destroyed station by the German bombs and shells.

Saturday the 12th (of July 1919)
Dear Sirs and Madam. I received your letter-card that pleased me a lot as well as my parents, brother and sister. I hope that when you get my card you all are in good health. Here, everyone is doing fine. Brother and Sister are healed. The city of Amiens is expecting Poincaré on Sunday, tomorrow. There are parties and balls everywhere. I sent newspapers articles to Gustave, he'll send them back and I'll send them to you in the South so that you can see. I know that you (???) oh well, I can't wait for tomorrow to have some fun with my girlfriends. I won't be long because I need to prepare my party dress with my sister. We'll soon are going to have our pictures shot in party dresses. I'll send you one but (???) you don't send yours of Mr. & Mrs. xxx's. You won't be long, I hope. (???)
Good kisses from a friend who likes you. Talk to you soon in letters.

Be quick to respond.

I'm so busy I didn't pay attention to my writing. Good things to Camille.

Note: L'auteur est Amélie.
The author is Amélie.

samedi 18 octobre 2008

Agen - Le Marché


5 août 1913
August 5, 1913

lundi 13 octobre 2008

Autrefois




"Je t'embrasse bien fort mon Jean. Ta Jeanne qui t'aime.
Lorsque tu m'enverras des cartes-vues, écris quelques mots derrière, elles auront plus de valeur que si tu n'y mets rien.

Ce jour-là, je finissais mes 24 ans, et c’était un jour bien triste pour moi car je t’ai accompagné à la gare de Lamagistère. Le 5 novembre aussi mon Jean chéri tu étais à la maison pour 3 jours. Tu te rappelle bien que moi je suis partie d’Albi le cœur bien gros le matin et toi tu es parti le soir. Il me semble te voir dans l’encadrement de la porte lorsque tu es arrivé le lendemain matin, que tu m’as surprise en train de pleurer et de t’écrire. Ce jour-là aussi, j’étais heureuse, mais mon bonheur devait être de courte durée. Enfin, que veux-tu mon petit Jean, c’est ainsi, nous n’y pouvons rien. Mais le 5, le 6 et le 7 mai et le 13 et le 14, pense à la Jeanne car elle pensera souvent à toi, ces jours-là car il y aura 6 mois à ces époques qu’elle ne t’aura pas vu, ni toi à elle. Adieu mon petit Jean aimé, reçois de ta petite Jeanne ses plus tendres baisers. Mon Jean je t’aime de tout mon cœur. Ta petite Jeanne."


"Big kisses for you my Jean. Your Jeanne who loves you.
When you send me picture-cards, write a few words on the back, they'll have more value for me than if you don't.

On that day, it was the end of my 25th year and it was a sad day for me as I went with you to the train station of Lamagistère. On November 5, my dear Jean, you stayed at home for 3 days. You remember that I left Albi in the morning with a heavy heart and you left in the evening. I feel like I'm seeing you in the door frame just like when you arrived the following day and that you surprised me writing to you and crying. That day too, I was happy, but this joy was going to be short-lived. But what can we do my little Jean, this is the way things are, we can't do anything about it. But on the 5th, the 6th and the 7th of May, as well as the 13th and the 14th think about your Jeanne because she'll think a lot about you on these days, because it will be 6 months that she won't have seen you and you her. Goodbye my little Jean that I love, receive from your little Jeanne her most tender kisses. My Jean, I love you with all my heart. Your little Jeanne."


Une des lettres de Jeanne à son mari Jean qui combattait sur le front Est, dans le Vosges. Certainement l'une de ses lettres les plus émouvantes.

Another of the letters from Jeanne to her husband Jean who was fighting on the Eastern front, in the Vosges. I think it may be the most moving letter of all.

samedi 11 octobre 2008

Artillerie - Manoeuvre du Canon de 75 mm



Si je ne suis pas rentré venez me voir lundi au plus tard, je n’attendrai pas à mercredi pour repartir car ici il fait bien plus chaud qu’à la maison et je ne mange rien. Il me tarde bien de remanger des raisins. C’est pas la peine de penser inutilement à l’argent. Si ça va (puiser?) (???) à un travail (???) il est impossible qu’il puisse (s’occuper?) comme il faut. (???) Plus tôt je rentrerai mieux ça ira pour moi. Puis maintenant c’est un mauvais moment pour vivre ici. Il n’y a pas moyen de trouver un peu de fraîcheur.
Venez donc (???)

If I'm not back, come see me on Monday at the latest, I won't wait until Wednesday to leave because here it's much warmer than it is at home and I don't eat anything. I can't wait to eat grapes again. It's useless to worry about money. If this will (???) to a job (???) it's impossible that he can (get himself busy ???) properly. (???) The earlier I'll return, the better for me. and now is a bad time to live here. It's way too warm.
Come (???)

samedi 4 octobre 2008

Premier Avril




"Votre coeur vous inspirera bien le nom de l'envoyeur.
?
Je vous aime éperdument."

"Your heart will inspire you in finding the name of the sender.
?
I love you madly"

Notes: Cette carte, de même que la précédente, résume la nature de la relation entre Amélie et mon grand-père. Etaient-ils éperdument amoureux l'un de l'autre ? "Jouait-elle" avec lui ? Etait-elle amoureuse de lui, mais cet amour n'était pas réciproque ?
Il s'agit de questions qui n'obtiendront jamais de réponses puisque toutes les personnes les possédant sont mortes depuis longtemps. Personnellement, je pense qu'il est passé quelque chose entre eux, mais que cette histoire tourna court, soit parce qu'elle est retournée à Amiens, soit à cause d'autre chose. Le fait est qu'elle est retournée à Amiens, certainement pour ne jamais revenir dans le Sud-Ouest et que mon grand-père a rencontré ma grand mère quelques années plus tard.

This card (and the previous one) summarize quite well the relationship that Amélie had with my grandpa.
Were they madly in love? Was she just playing around? Was she in love with him but the love was one way only?
These are questions that will never find answer as all the people that knew them are long dead.
I personally think that something happened between them, while Amélie and her family were refugees in the South West, but as Amélie moved back to Amiens after the war, and my grandpa met my grandma, it's safe to assume that this story didn't go anywhere. But it still makes me wonder.

lundi 29 septembre 2008

Amiens - Gare du Nord - Porte Monumentale

Amiens - Gare du Nord - Porte Monumentale



Le 15 février 1919
Cher Monsieur Adrien
J’ai reçu votre aimable carte qui m’a fait un bien grand plaisir. J’espère que ma petite carte va vous trouver tous en bonne santé. Nous, nous sommes toujours de même. Enfin bref, si, au moment que je reçois votre chère carte je reçois une de Alice Boucet, maintenant j’attends des nouvelles de Mlle Camille. Maintenant je finis de bavarder avec vous en vous serrant cordialement la main.
Mes parents se joignent à moi pour vous envoyer ainsi que frère et sœur, bonnes amitiés et bons baisers.
Amélie
Mes meilleures amitiés à [vos parents].


February 15, 1919.
Dear Mister Adrien,
I have received your nice card that pleased me a great deal. I hope that my little card will find you in good health. Here, we’re all as usual, nothing new. Oh well, yes, at the very same moment I received your card, I also received one from Alice Boucet. Now, I’m waiting for news from Miss Camille. And I’m stopping chatting with you and shake your hand cordially.
My parents, as well as my brother and sister are joining me to send you best wishes and good kisses.
Amélie.
Best wishes to [your parents]

lundi 22 septembre 2008

Bagnères-de-Luchon : Le Casino

Le Casino
Bagnères-de-Luchon

vendredi 19 septembre 2008

Agen - La Garonne et le Pont-Canal

Agen (L.-et.-G.) - La Garonne et le Pont-Canal

dimanche 14 septembre 2008

Alsaciennes avec le Vieux Rouet


Alsaciennes avec le Vieux Rouet



Samedi le 25 décembre 1915
J’ai reçu les deux lettres à la fois avant-hier soir. Or je peux te dire que je n’ai pas eu le temps de faire ma réponse plus tôt. Toujours à cause du travail. Parce que comme je te l’ai envoyé sur une de mes lettres que nous étions relevés le 23 au soir. Mais ce n’as pas été ainsi je croyais de passer la fête de la Noël à (?) et nous la passons aux tranchées. Je fais aussi bien d’y faire dix jours on en fait 13. Seulement, j’espère que nous y serons pour faire le premier de l’an.
(Jean Sazy ?)


Saturday, the 25th of December 1915
I received both letters together two days ago in the evening. And I can tell you that I haven’t had time to write back earlier. Still because of work. Because, as I told you on one of the letters that we were on relief on the 23rd at night. But that didn’t happen, I thought we’d spend Christmas in (???) but we’re spending it here in the trenches. I was supposed to stay 10 days, and I’m staying 13. I just hope we’ll be there for New Year’s.
(Jean Sazy?)

mercredi 27 août 2008

Fête des Vendanges

Affiche de la FÊTE DES VENDANGES d'après Larée.

dimanche 17 août 2008

A Moi Ta Lèvre Vermeille

A moi ta lèvre vermeille
Qu'un baiser brûlant ensoleille.



"Deux mots pour vous, je vois que je faites pas attention à ce que je vous mets sur les lettres. Je vous ai dit de pas parler de la photo. Quand j’ai reçu votre carte je n’ai eu que le temps d’attraper la carte de ma sœur et la mettre dans le feu sans que personne me voit. Je vous avais bien recommandé de ne pas parler de rien, vous êtes un vilain polisson et ne me rappelez plus de cela, n’en parlez pas sur la prochaine fois car je l’ai prise dans la caisse de ma sœur sans qu’elle s’en aperçoive. Bref, elle ne sait pas qu’elle est partie dans le Midi sa photo. Chut, c’est fini.
Mille Baisers à M. et Mme xxx et vous aussi.
Au revoir.
Et répondez moi vite à la carte mais pas celle-la.

Cette carte (???) mais pas la collection. L’autre (???) et beaucoup (???)"

"Two words for you, I see that you're not paying attention to what I put in the letters. I told you not to mention the picture. When I got your postcard, I just had the time to grab my sister's card and throw it in the fire without being seen. I had advised you to not say anything, you are naughty and don't mention it again to me, don't talk about it next time because I had to take it from my sister's box without her noticing. Oh well, she doesn't know her picture has left to the South. Hush, it's over.
Lots of kisses to Mr. and Mrs. xxx and to you too.
Goodbye.
Answer quickly to the postcard, but not to this one.

This card (???) but not the collection. The other one (???) and a lot (???)"

Note: Cette carte a été écrite par Amélie. Aucune idée de ce à quoi elle fait exactement référence. On peut soupçonner quelque chose par rapport à sa relation (très certainement) amoureuse avec mon grand père, mais j'ai du mal à comprendre ce que sa sœur vient faire dans l'histoire.

This card was written by Amélie. It's unclear what she is exactly talking about, but it seems pretty clear it has a link to the (very certainly) love relationship she had with my grandfather. I'm not sure what her sister has to do with the story, though.

mardi 12 août 2008

Albi - La Cathédrale


Albi - La Cathédrale


"24 mars
Mon Jean,
J’ai reçu ta carte lettre hier, me disant que tu avais reçu les 5 fr. En même temps j’ai reçu une dépêche de Tinhan (?). Triste nouvelle, Pierrou est mort, on l’enterrait hier Jeudi à 9 heures et nous n’avons eu la dépêche que le jeudi à 10H. Donc il nous a été totalement impossible de nous rendre à l’enterrement, nous irons au service que l’on fera dire s’il n’a pas été enterré civilement. Adieu mon Jean.
Je t’embrasse bien fort.
Ta Jeanne."

"March 24
My Jean,
I got your letter-card yesterday, thinking that you had received the 5 francs. At the same time, I received a wire from Tinhan (?). Sad news, Pierrou is dead, he was buried on Thursday at 9 and we got the news at only 10 on Thursday. So, it was totally impossible for us to go to the funeral, we will go to the mass for him if he hasn't been buried civilly .
Goodbye my Jean.
I give you a big kiss.
Your Jeanne."

Notes: Jean et Jeanne était mariés. Jean était au front pendant la première guerre mondiale. Je ne sais pas exactement quel était leur lien de parenté avec mon grand-père, ni comment ces cartes sont entrées en sa possession, mais une bonne partie de leur correspondance apparaîtra dans ce blog. Je ne sais pas non plus qui était Pierrou.

Jean and Jeanne were married. Jean was fighting on the front during WWI (remember that in French, Jean is a man's name). I'm not sure what was their relationship to my grandfather and how their correspondence ended up with his either, but we'll see several of their cards on this blog. I don't know who Pierrou was either...

jeudi 7 août 2008

Agen - Jardin du Gravier


"Bonne et heureuse année.
J. Beyre
(???)"

"Happy New Year.
J. Beyre
(???)"

Note: Malheureusement, je ne sais pas de quelle année il s'agit, le timbre et cachet de la poste ayant disparu.

Sadly, I don't know what year it was, as the stamp and the postmark are gone.

mardi 5 août 2008

Artillerie Française - 23e Régiment


ARTILLERIE FRANÇAISE
23e. Régiment
Présentation de l'Étendard et Discours du Colonel aux Jeunes Soldats.

Posté de Toulouse, le 28/10/08



"Cher ami,

Tu dois te figurer que je suis mort mais non. Il y a beaucoup de changement envers la vie civile mais je suis en bonne santé et espère que vous êtes de même. Le bonjour à tes parents, ton ami qui te serre la main.
René (Cassery ???)
23èm d’Artillerie, 5èm Batterie
Toulouse"

"Dear friend,
You must assume that I'm dead, but no. There's has been a lot of change compared to civilian life, but I'm in good health and I hope you are too. Hello to your parents, from your friend who's shaking your hand.
René (Cassery???)
23rd Artillery Regiment, 5th Battery
Toulouse"

samedi 2 août 2008

25 Février 1924




"Souvenir de votre petite amie qui pense à vous tous.
Amélie (???)
Février - 25 - 1924"

"Greetings from your little friend who thinks of you all.
Amélie (???)
February - 25 - 1924"


Notes: Si je ne m'abuse, il était commun à l'époque d'envoyer des photos sous formes de cartes postales. Et si c'est le cas, l'une des deux femmes (je suspecte celle de droite) d'être l'Amélie dont il est question dans l'intro de ce blog et dont il sera souvent question. Le mot illisible à côté de la signature est peut-être "Renée" qui pourrait être la deuxième femme (sa sœur ?)

If I'm not wrong, it was quite common at the time to send pictures as postcards. And if this is the case here, one of these two women (I suspect the one on the right) must be the Amélie that I mentioned in the intro and that will be mentionned again in this blog. The illegible word next to the signature could be a second signature "Renée" that would be the second women (her sister?)

jeudi 31 juillet 2008

Avignon - Vue Générale

AVIGNON - Vue Générale, prise de la Brèche de la Comtadine à Villeneuve.


"Le 9.4.1923
Cher Adrien
J’ai fait un bon voyage. Je suis rentré ce matin à 8 H à Avignon. J’ai voyagé la nuit cela fait que je n’ai pas vu le pays. Aujourd’hui, je suis allé voir le Palais du Pape, c’est très beau. Je vais écrire plus long dimanche et vous savez ce que je veut dire.
Rameli Lamouroux
Chez M. Fortza N° 33 (???) St Christophe (?) Vaucluse
Ne tardez pas à me répondre."

"04/09/1923
Dear Adrien,
I had a good trip. I returned to Avignon this morning at 8AM. I traveled by night and I didn't see the country. Today, I went to see the Pope's Palace, it's beautiful. I'll write longer on Sunday and you know what I mean.
Rameli Lamouroux
Chez M. Fortza N°33 (???) St Christophe (?) Vaucluse
Answer quickly"


Notes et Commentaires:
Tout d'abord, il faut signaler que les divers correspondants ont des niveaux d'éducation variés et ne maîtrisent pas toujours très bien la langue française. Il y a de nombreuses fautes d'orthographes dans les textes. J'hésite quant au fait de retranscrire les textes avec les fautes ou non, mais en général, je les corrigerai.
Il faut aussi signaler que l'écriture manuelle n'est pas toujours facile à lire, et certains passages ne sont pas toujours compréhensibles. Dans le cas présent, "vous savez ce que je veux dire" pourrait tout autant être une allusion non élucidée, ou tout simplement "vous saurez ce que je veux dire" quant au fait que le Palais est très beau parce que la carte le décrire plus en détails...
L'adresse est aussi assez difficile à retranscrire (les facteurs devaient s'amuser à l'époque), voire même le nom de la personne qui écrit. Si un lecteur du Vaucluse arrive à voir de quoi il est question, je lui en serai gré.
J'ai cru comprendre que le prénom était "Rameli" cette personne (une femme je crois me souvenir) a entretenu une correspondance avec mon grand-père dans les années 20 (comme on le verra de nouveau) mais je n'ai jamais bien pu comprendre de qui il s'agissait (ni même quel était réellement son nom, Rameli, c'est bizarre comme prénom).

Notes and Comments:
Handwriting is never easy to decipher, especially handwriting from a Century ago. Also, the level of education of all the people that write is not always very high and they make a lot of mistakes in France (even syntactical ones). So there will be approximations and guesses from my part.
Here I'm really not sure if the last sentence actually is "and you know what I mean" (as if there's an allusion to something else). It could as well be: "and you'll understand what I mean" (after I have more time to talk about the Palace on Sunday).
Same thing with the address the person gives. I couldn't really understand it.
The worst being that I'm not even sure of the name itself of the person. That person wrote a few postcards to my grandfather in the 20's, but I could never be sure of the exact name (Rameli sounds very strange for a French name, but this is what I understand), not even the gender (I think I remember that in other letters, one can tell it's a woman) and definitely who she exactly was in relation to him.

End of a Century

The origins of this blog date back to a Spring night in the mid-90’s.
Back then, I was in college in Toulouse and I had come back to my hometown for a four day weekend. My parents were gone that weekend, but the goal of that little trip was not to visit them, but to spend the week-end partying with friends.
Things didn’t go exactly as planned. Phone call after phone call, I quickly realized that none of my friends was in town. Either they had stayed in Toulouse, or they went somewhere else, but none went home. I had to face the fact that I was going to spend four days alone.

I love cinema and watching films, but I must admit that after spending 12 hours or so in front of the TV, I was starting to think about doing something else and I was out of ideas. For some reason I was not in the mood to read (what wouldn’t I give these days for four full days devoted to reading), and back in the days, the Internet was a thing I had just heard of, and the concept still was a little vague for me.

So reading what I was going to do, whether I liked it or not, was reading. I started to browse my mom bookshelves, which, even if they were full of books, didn’t really inspire me that much (I have since “taught” my mom about good literature). This is when I noticed the box.
What box?
The cardboard box on top of the shelves. This box had been sitting there for ages. It was the kind of things that’s there, you don’t really no why, and for some reason I had never really paid attention to it until that day. I realized that I didn’t even know what was in it.

What was in it was a series of old postcards, very old postcards. Most of them dated back to World War One and they were my grandpa correspondence.
You need to know a couple of things about my grandfather. First of all, he died long before I was born, in the 50’s. I don’t know what he died of, but he was very old back then as he was born in 1885. Yep, you read right, he was that old (he had my dad when he was already in his fifties). Another thing you need to know about him is that I basically don’t know anything about him. My dad never talks about him; his family never talks about him. Mostly because he died so long ago, but also because from the little bits of information I have gathered, he didn’t really leave a positive impression behind him. I can’t really tell more, simply because I don’t know more.
Of course, I’d love to know more, but I feel like right now it’s useless to wake memories that don’t need to be. I’m sure my dad’ll talk about him someday. If not, no big deal.

But because of this, there and then, I felt as if I had just discovered Tutankhamen’s tomb or the Lascaux caves or something of that importance (except that it was on my family’s history scale).

So, I started reading… I read, I read… I read all of them… There were several stories (or half stories, as I obviously didn’t have in my possession the cards that he had written, only the ones written to him)… And this ended up being one of the best week-ends of my life (and definitely one of the most unique).

And here are these postcards. They'll be posted more or less randomly. You’ll discover visions of France in the first years of the 20th Century, and when possible, I’ll transcribe and translate some of the stories in the cards; you’ll learn about my grandpa’s cousin that was sent to the front (my grandpa didn’t go… because of bad health, if I understand right), other family members that were going on road trips (or train trips), things that were kinda rare at the time. And you’ll learn about Amélie, this young woman that had temporarily moved to the South West of France away from the warzone, and who, it seems, shared a love story with my grandpa. A love story that is never explicit, but when reading between the lines, was there. A quite moving story that ended when she moved back to her home area after the war, or shortly thereafter. A story one wants to have a happy ending, except that if it had had one, I wouldn’t be there typing these lines.

Anyway, I hope you enjoy the blog and the postcards. They really are a piece of French history.

Fin de Siècle

Les origines de ce blog remontent à un soir de printemps du milieu des années 90.
Alors étudiant de licence à Toulouse, j’étais rentré à Agen, chez mes parents, pour un long week-end de quatre jours. Ces derniers étaient partis en week-end, et le but avoué de ce cours séjour était de retrouver certains de mes amis et de passer le week-end à faire la fête avec eux. Mais, coup de fil après coup de fil, je réalisai rapidement qu’ils étaient tous, soit restés à Toulouse, soit eux aussi partis quelque part en week-end. En tout cas, ils n’étaient pas sur place. Il me fallait me rendre à l’évidence : j’allais passer les quatre prochains jours complètement seul.
Après une journée et je ne sais plus combien de films visionnés, même moi, pourtant grand cinéphile commençait à en avoir marre d’être assis devant un écran de télévision, et petit à petit l’ennui commençait à pointer son nez. J’avais encore l’option de lire, mais je ne me souviens plus pourquoi, cette idée ne m’enchantait guère à ce moment-là (alors qu’il s’agit normalement d’une de mes activités préférées… que ne donnerais-je aujourd’hui pour disposer de quatre jours entièrement consacrés à la lecture ?!).
Bref, je commençais vraiment à être à court d’idées (c’était une époque où Internet n’était qu’un mot dont le sens m'était encore un peu vague).
Et, certainement après m’être résigné à passer le reste du week-end à lire, je commençai à fouiller la bibliothèque de mes parents pour voir s’il y aurait quelque chose d’intéressant (c’était avant que je ne prenne l’éducation littéraire de ma mère en mains, et je dois avouer qu’à cette époque, si sa bibliothèque était bien fournie, le niveau qualitatif de celle-ci laissait fortement à désirer). C’est alors qu’une petite boîte en carton en haut d’une étagère de livres attira mon œil. Cette boîte était là depuis toujours, j’avais dû la voir des centaines de fois, mais pourtant je réalisai que je n’avais aucune idée de son contenu.

Dire que son ouverture fut équivalente à la découverte de la tombe de Toutankhamon ou de la grotte de Lascaux serait un peu abuser (voire carrément abuser), mais pourtant, à l’échelle de l’histoire de ma famille, c’est comparable.
Je m’explique. Je n’ai jamais connu mon grand père paternel : il est mort quand mon père était adolescent, et il était déjà très vieux à ce moment là (il est né en 1885 si je me souviens bien). Et surtout, je ne sais presque rien de lui, mon père n’en parle jamais, ni le reste de sa famille. D’après les rares indices que j’ai pu récolter, j’en ai déduit qu’il n’était pas forcément très commode (vous aurez compris l’euphémisme) et qu’il n’a pas laissé un très bon souvenir, pas même auprès de ses très proches.
Or voila, cette boîte contenait une partie de sa correspondance pendant la 1ère Guerre Mondiale (et un petit peu après). Guerre à laquelle il n’a pas participé à cause de problèmes de santé, si j’ai bien compris. Cette correspondance se présentait sous forme de cartes postales et narrait quelques histoires. Bien sûr, je ne disposais que de la moitié de ces histoires : uniquement les cartes reçues, pas celles envoyées, mais c’était suffisant pour que cela se révèle assez passionnant pour que finalement je passe le reste de mon week-end à lire ces cartes, à découvrir certains membres de ma famille (un cousin parti au front, d’autres ailleurs) ainsi qu’une certaine Amélie, originaire d’Amiens, réfugiée avec sa famille dans le Sud-Ouest pendant la Guerre, repartie dans sa ville après 1918, et qui entretint une correspondance assidue avec mon grand-père. Au point que je soupçonne une relation amoureuse entre les deux, certaines cartes laissant peu de place au doute, même si tout est dit à demi-mots. Histoire très belle, histoire ambiguë, on souhaite un happy ending, tout en sachant qu’il n’a pas eu lieu, et surtout que s’il avait eu lieu, je ne serais pas train de taper ces lignes aujourd’hui…

Et au final, ce week-end se révéla être un des meilleurs week-ends de ma vie, et surtout l’un des plus original.

Et, ces cartes postales, c’est elles que je vais poster ici au fur et à mesure, dans un ordre assez aléatoire, en retranscrivant le texte quand c’est possible (les cartes elles-mêmes sont chez mes parents, les scans sont parfois difficiles à lire), mais texte ou pas texte, les photos des cartes nous offrent une vision de ce début de vingtième siècle assez unique et plus qu’intéressante.